Accueil Chine Le directeur du DNI, John Ratcliffe, affirme que la Chine a interféré...

Le directeur du DNI, John Ratcliffe, affirme que la Chine a interféré dans l’élection et que les informations ont été supprimées par la direction de la CIA

Temps de lecture :3 min

Le directeur du renseignement national (DNI), John Ratcliffe, a estimé que la Chine s’était immiscée dans les élections fédérales de 2020, selon une lettre transmise au Congrès.

Dans la lettre (pdf), Ratcliffe affirme que les renseignements sur l’ingérence de la Chine dans les élections ont été supprimés par la direction de la CIA, qui a fait pression sur les analystes pour qu’ils retirent leur soutien à cette opinion.

Citant un rapport du médiateur analytique de la communauté du renseignement, Barry Zulauf, le directeur du renseignement national a déclaré que certains analystes hésitaient à qualifier les actions de la Chine d’ingérence électorale parce que les analystes étaient en désaccord avec les politiques du président Donald Trump.

Le Washington Examiner a publié la lettre de Ratcliffe et le rapport du médiateur le 17 janvier, 10 jours après avoir publié un rapport original sur ces documents. L’ODNI n’a pas répondu immédiatement aux demandes du Epoch Times d’authentifier les documents.

« Sur la base de toutes les sources de renseignements disponibles, avec des définitions appliquées de manière cohérente, et indépendamment de toute considération politique ou de toute pression indue, la République populaire de Chine a cherché à influencer les élections fédérales américaines de 2020 », a écrit Ratcliffe.

Le rapport de Zulauf a été envoyé au Congrès le 7 janvier, en même temps qu’une évaluation de la communauté du renseignement sur l’interférence dans les élections de 2020. Dans le rapport (pdf), Zulauf affirme que les analystes travaillant sur la Russie et la Chine ont appliqué des normes différentes à leurs rapports sur l’interférence électorale. Tout en qualifiant l’activité de la Russie d’ingérence électorale manifeste, les analystes ont été réticents à faire de même pour la Chine.

« Compte tenu des différences dans la façon dont les analystes de la Russie et de la Chine ont examiné leurs cibles, les analystes de la Chine ont semblé hésiter à évaluer les actions de la Chine comme une influence ou une interférence indue », écrit Zulauf.

« Ces analystes semblaient réticents à faire valoir leur analyse sur la Chine car ils avaient tendance à être en désaccord avec les politiques de l’administration, disant en fait, je ne veux pas que nos renseignements soient utilisés pour soutenir ces politiques ».

Ni le rapport du médiateur ni la lettre de Ratcliffe ne contiennent de détails sur l’ingérence de la Chine. Zulauf a redirigé une demande d’interview du Epoch Times vers l’ODNI, qui n’a pas répondu immédiatement à une demande envoyée par e-mail.

Le rapport du médiateur analytique évalue que la politisation s’est produite en relation avec l’ingérence de la Russie et de la Chine dans les élections. Zulauf a estimé que ni les dirigeants de la communauté du renseignement ni les analystes ne sont en faute, blâmant plutôt l’atmosphère hyperpartisane aux États-Unis.

« Dans la plupart des cas, ce que nous voyons, c’est l’ensemble du système qui répond et résiste aux pressions extérieures, plutôt que les tentatives de politisation du renseignement par nos dirigeants ou analystes ».

Le rapport indique que les analystes qui ont évalué l’ingérence de la Russie dans les élections se sont plaints que la direction de la communauté du renseignement était réticente à livrer leurs évaluations aux clients du gouvernement parce que le travail n’était pas « bien reçu ».

« Les analystes ont vu cela comme une suppression du renseignement, à la limite de la politisation du renseignement d’en haut », a écrit Zulauf.

L’Epoch Times avait déjà documenté une campagne d’influence électorale sur plusieurs fronts liée au Parti communiste chinois (PCC).

Dans un article du 3 décembre, Ratcliffe a déclaré que le PCC « représente la plus grande menace pour l’Amérique aujourd’hui, et la plus grande menace pour la démocratie et la liberté dans le monde depuis la Seconde Guerre mondiale ».

« Les renseignements sont clairs : Pékin a l’intention de dominer les États-Unis et le reste de la planète sur le plan économique, militaire et technologique », a-t-il écrit. « De nombreuses initiatives publiques majeures et entreprises de premier plan en Chine n’offrent qu’une couche de camouflage aux activités du Parti communiste chinois ».

Le Congrès a certifié Joe Biden comme président élu le 7 janvier. Dans les deux mois qui ont précédé la certification, M. Trump a contesté le résultat de l’élection dans sept États, en invoquant des modifications anticonstitutionnelles des lois électorales et des votes potentiellement illégaux.

Source : Epoch Times

Uncover Truth
Author: Uncover Truth

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE

Commentaires Récents